Enquête sur la maturité Data des entreprises d’Occitanie : le point de vue des partenaires

Date de la dernière modification : 9 novembre 2020

Enquête sur la maturité Data des entreprises d’Occitanie : le point de vue des partenaires


Notre enquête sur la maturité Data des entreprises d’Occitanie a été menée avec la participation de plusieurs partenaires ayant à cœur d’accompagner les entreprises dans les enjeux du numérique. L’agence Ad’Occ, l’association Occitanie Data et l’UIMM (Union des Industries et Métiers de la Métallurgie) de Montpellier mettent en perspective les résultats de cette étude. Découvrez leurs éclairages !


Franck BERTHU

Le point de vue de Franck Berthu, référent transformation digitale pour l’agence Ad’Occ

Cette étude illustre une évolution de la maturité digitale des entreprises. Ce qui retient mon attention, c’est que le pilotage de l’entreprise grâce à la Data apparaît désormais dans le top 4 des enjeux des répondants. Ce défi est renforcé par les contraintes en constante augmentation et révélées durement par la crise sanitaire. Avec l’apparition de nouvelles formes de management, le besoin de digitaliser le pilotage devient nécessaire même pour les TPE.

Le paradoxe est le suivant : les entreprises se digitalisent pour gagner de la performance, mais elles n’en profitent pas assez pour créer de la valeur. Sur le terrain, on retrouve cette observation pour toutes les entreprises, digitalisées ou non. Les acteurs métiers s’emparent de plus en plus de données internes pour piloter leurs activités. De fait l’équipe dirigeante ne peut plus faire face à ce volume d’informations pour prendre des décisions tactiques voire stratégiques qu’impose le contexte économique. De plus, limitées par les technologies qu’elles utilisent, c’est-à-dire des fichiers Excel, elles regardent les bilans de leur activités passées mais elles ne sont plus en capacité de simuler des scénarii à venir et de prendre de l’avance sur leurs concurrents.

Il existe plusieurs freins. Tout d’abord, un manque de compétences sur les nouveaux outils de business intelligence. Ensuite, un rapport complexe avec la machine : jusqu’où peut-on faire confiance au numérique pour prendre une décision importante ? Enfin, les outils utilisés sont trop chronophages, alors qu’il existe aujourd’hui des logiciels performants et accessibles comme Power BI

Pour moi, il faut former les dirigeants dans le processus de prise de décision stratégique par l’utilisation de ces logiciels d’aide à la décision qui permettent un avis plus rapide, communicant et objectif et vont libérer le temps nécessaire aux dirigeants pour ajouter un critère subjectif afin de prendre une décision avisée et différenciante. Mais il faut aussi repenser la place de la technologie

Pour rester compétitive, l’entreprise de demain ne devrait-elle pas se doter d’un management « augmenté » ?

Afin de vous permettre de mesurer votre maturité digitale, nous vous proposons ce pré-diagnostic : Cliquez-ici

 


Olivier AURADOU

Le point de vue d’Olivier Auradou, délégué général chez Occitanie Data

En préambule, il faut garder en tête ce biais : ce sont surtout des entreprises sensibilisées au digital qui ont répondu à cette enquête. Néanmoins, je suis frappé par le niveau de maturité Data des entreprises, déjà assez élevé, sur l’usage des outils, le pilotage de l’entreprise et la capacité à créer de la valeur grâce aux données. Cela n’empêche pas qu’il y a encore beaucoup à faire sur ces sujets, y compris pour les grandes entreprises.

Ce qui attire mon attention, c’est que 32% des entreprises répondantes souhaitent être mieux informées sur la thématique de l’usage des données pour leur impact RSE. C’est une problématique qui anime Occitanie Data : quand on parle de RSE, on parle d’éthique, qui s’applique aussi bien à l’individu qu’à l’environnement et la société. Nous avons ici la confirmation que la RSE est un sujet important pour les dirigeants. Et ils ont conscience que la donnée peut leur permettre d’aller plus loin dans cette démarche.

Un autre point que soulève cette étude, c’est que 40% des entreprises ont une conformité très faible, limitée ou moyenne au RGPD, qui a pourtant déjà deux ans. Le RGPD ne doit pas être perçu uniquement comme une contrainte, mais comme un outil qui différencie les pays européens en proposant un autre modèle de la Data que celui des GAFA. L’enjeu est d’améliorer son acceptabilité et de rendre accessible son utilisation, car il est sécurisant pour les entreprises comme pour les internautes et les consommateurs.

Par ailleurs, cette étude illustre le besoin du monde économique de la région de monter en compétences dans la maîtrise et l’usage des données dans un esprit responsable. La donnée est une opportunité économique, mais elle exige la confiance, entre les entreprises elles-mêmes mais aussi et encore plus avec les citoyens. Les leviers de cette confiance, ce sont tout d’abord la transparence et l’éthique dans le traitement des données ainsi que leur protection et leur sécurité. Cette confiance passe aussi par l’équité des modèles économiques liés aux données et la répartition de la valeur qu’elle produit.

Chez Occitanie Data, nous sommes convaincus qu’il faut travailler ensemble sur ces enjeux, dans un esprit de coopétition, pour trouver des solutions souveraines qui bénéficient à tous sur le territoire européen. C’est la raison pour laquelle notre association propose un espace de confiance qui réunit des entreprises, parfois concurrentes, et des acteurs publics, pour partager un socle de valeurs communes et favoriser un développement éthique de l’économie de la donnée.

Je tiens enfin à féliciter Datasulting d’avoir été moteur pour lancer cette étude. Je me réjouis que des entreprises s’emparent de ces sujets d’intérêt général. 

Pour en savoir plus sur Occitanie Data : cliquez-ici

 


Etienne LEA

 

Le point de vue de Etienne Léa,
Membre du Conseil d’Administration de l’UIMM Occitanie et Président du Pôle Formation « Occitanie Est »

Un tiers des répondants de l’enquête sur la maturité Data des entreprises d’Occitanie est issu du secteur de l’industrie. Il y a donc un vrai intérêt pour ce sujet, mais cette étude confirme le besoin de sensibiliser ce secteur sur les opportunités offertes par le digital. L’exploitation des données crée de nouveaux business et ouvre de nouveaux marchés. Dans la région Occitanie Est, de nombreuses PME innovantes s’emparent de ce potentiel, mais pour beaucoup d’entreprises industrielles les termes « digitalisation » ou « Industrie 4.0 » ne sont pas parlants. Du côté des filières et des branches, il y a un travail d’explication sémantique et d’acculturation à faire.

L’industrie a souffert de la délocalisation et le nombre d’emplois régresse ; elle a besoin d’évoluer et de se réenchanter. Face à cela, de nouvelles opportunités émergent : impression 3D, objets connectés… Il faut promouvoir cet engouement pour répondre aux nouvelles attentes et aux nouveaux usages des clients. Mais également montrer que l’industrie a vraiment changé de visage. Elle offre tous les métiers : ingénierie, maintenance, production, et à cela s’ajoute aujourd’hui le besoin d’expertises dans tous les champs du numérique. Les jeunes talents du digital doivent être attirés par l’industrie ! L’enjeu est donc de combattre les préjugés, de former nos futurs collaborateurs et recruter nos talents de demain.

Je suis par ailleurs dirigeant de l’entreprise Captels. Nous avons lancé une démarche innovante depuis trois ans. Nous transformons notre business model afin d’intégrer ces technologies dans nos machines pour les rendre connectées, afin que nos clients monitorent l’état et l’activité du matériel. Cela leur permet notamment d’anticiper les pannes et les besoins de maintenance. Aujourd’hui, les clients ont besoin de machines qui communiquent, pour mesurer leur performance et leur productivité. Il est crucial de promouvoir ces nouvelles technologies et de former nos apprentis à ces métiers prometteurs.

Pour en savoir plus sur l’UIMM : cliquer ici

Découvrez tous les résultats de l’étude : cliquer ici

Cette enquête est une première étape vers la création d’un observatoire de la maturité Data des entreprises de notre région, construit avec nos partenaires.

background

Retour sur notre Data’Péro #1 : 1h pour tirer le meilleur du logiciel Power BI !

Date de la dernière modification : 14 décembre 2020

Retour sur notre Data’Péro #1 :
1h pour tirer le meilleur du logiciel Power BI !

Destiné aux directions marketing et financières, notre premier Data’Péro, organisé le 14 novembre dernier, vous présentait les opportunités du logiciel Power BI. Vous avez un grand nombre de données issues de plusieurs sources ? Un système décisionnel ancien, que vous souhaitez faire évoluer ? Votre équipe perd du temps à analyser et traiter les données ? Notre directeur conseil Jérôme Hugueny vous présente les atouts de l’outil de visualisation de données interactives Microsoft Power BI.

 

Retrouvez notre présentation complète avec le replay : cliquez ici

Au-delà des fonctionnalités d’Excel

Cet outil vous offre la possibilité d’analyser et de restituer vos données, de façon visuelle et interactive. Il prolonge les fonctionnalités d’Excel : tables de données, tableaux croisés dynamiques, utilisation de formules…

Son point fort est de rendre autonome les acteurs Métiers qui l’utilisent. Ils peuvent facilement croiser leurs données et les analyser, et faire apparaître sous forme d’un tableau de bord les réponses aux questions qu’ils se posent. Il est possible d’importer des données de différentes sources en connectant le logiciel à d’autres outils : CRM, logiciel de comptabilité ou de suivi de la production… 

Un autre point positif à relever : l’utilisateur n’est pas limité dans le nombre de lignes de données traitées. A noter cependant qu’on ne pourra pas modifier directement les valeurs : il faut pour cela revenir à leur source.

Un outil performant et accessible

Une étude Gartner plébiscite cet outil et place Microsoft comme leader sur les plateformes analytiques et outils décisionnels. En proposant une infrastructure mutualisée pour donner accès à ce logiciel, Microsoft parvient à proposer un tarif PME très abordable. En comparaison avec le leader actuel de la BI, le logiciel Tableau, on peut faire le choix de cibler dans son entreprise une dizaine d’utilisateurs : le coût est alors beaucoup moins important.

Deux points de vigilance cependant. Tout d’abord, il faudra se confronter au support clients situé en Inde, et faire attention à la compatibilité de vos outils avec ce logiciel qui s’intègre à l’univers Microsoft. 

Une interactivité pour toutes vos analyses

Le logiciel Power BI vous permet de traiter vos données avec interactivité, en combinant une vision globale de votre activité avec des analyses détaillées. Il est possible de cibler les données qui vous intéressent, de naviguer entre les reportings et d’extraire précisément la donnée dont vous avez besoin. Vous pouvez avoir une vision complète de vos résultats, en réunissant les données issues de vos différents services. C’est aussi un formidable levier pour votre connaissance client : vous pourrez réunir au même endroit transactions, appels et échanges pour chaque client.

Mettre en place Microsoft Power BI dans votre entreprise

Il est possible de déployer le logiciel sans infrastructure pour accéder à son service. Sa mise en œuvre dans votre entreprise nécessite alors deux mois au minimum. Comptez 4 mois si vous souhaitez l’installer et créer un entrepôt de données.

Vos enjeux seront les suivants : former vos équipes et vous adapter au langage parfois technique de l’outil et à son évolution permanente. Le logiciel demande également beaucoup d’autonomie car peu de documentation est partagée.

Conclusion : Power BI, est-ce pour vous ?

POUR VOUS

• Construction de votre 1er SI décisionnel
• Economiquement efficace
• Choix de le mettre en place avec ou sans infrastructure associée
• Compatibilité avec votre environnement Microsoft
• Data Analysts agiles et bilingues

PAS POUR VOUS

• Beaucoup d’utilisateurs
• Besoin d’un interlocuteur engagé
• Besoin de stabilité
• Garantie de performance
• Equipe francophone

 

Le prochain Data’Péro se tiendra le 12 novembre de 11h30 à 12h30 sur le thème : connaissance, acquisition et fidélisation clients. Contactez-nous pour en savoir plus ! A bientôt !

 

Vous avez un projet de Business Intelligence
et avez besoin de conseils ou d’accompagnement pour sa mise en œuvre ?

Discutez-en avec un expert !

Prendrez rendez-vous

background

Premiers pas pour découvrir son potentiel Data

Date de la dernière modification : 6 novembre 2020

Premiers pas pour découvrir son potentiel Data

Selon une estimation de Datasulting, exploiter des données engendre en général entre 2% et 10% de marge supplémentaire en fonction de la maturité de l’entreprise sur ce sujet. Pourquoi passer à côté de cette opportunité ? A l’heure où de nombreuses PME et ETI repensent leurs activités, leurs modèles économiques et leur organisation, les données apportent des éclairages nécessaires pour effectuer des choix stratégiques. Oui, mais comment s’appuyer sur la Data pour générer de la performance ?

Qu’est-ce qu’une stratégie « data driven » ?

C’est un sujet plus que jamais d’actualité : de plus en plus de données sont disponibles dans les entreprises, et pour certaines, les exploiter est un avantage compétitif incontournable. C’est le cas en particulier pour les secteurs BtoC, de services financiers et industriels qui cherchent à mieux toucher leurs cibles commerciales et à gagner en efficacité dans leurs processus de production.

En Français, l’expression « Data Driven » peut se traduire par « être guidé par les données ». Pour Datasulting, tout ce qui se mesure s’améliore. La stratégie Data se définit par la capacité à croiser ses données et à exploiter des indicateurs transversaux pour avoir une compréhension fiable et complète de ses activités. Elle implique une vision et intégration complète des outils, compétences, processus et technologies, au service de la création de valeur par la mise à profit des données.

Cette stratégie Data Driven permet ainsi de réaliser des cas d’usage qui contribuent à l’amélioration de la performance de l’entreprise : proposer au client le produit qui lui plait, prédire le nombre de commandes, anticiper le nombre d’appels au call center…

A quels enjeux peut répondre la valorisation des données ?

Ces enjeux sont multiples. En croisant toutes vos données, vous verrez véritablement l’agilité d’une stratégie data driven et vous pourrez profiter des opportunités suivantes :

  • Développer le chiffre d’affaires en ciblant et personnalisant au mieux les réponses que vous apportez à vos clients pour satisfaire leurs besoins, ainsi qu’en optimisant les investissements marketing.
  • Piloter votre entreprise avec une vision globale, facilitant la prise de décisions. Par exemple, réduire les campagnes marketing quand la production est saturée ou encore ajuster le prix de vente ou les promotions selon les stocks.
  • Gagner du temps en améliorant la performance de vos processus et en automatisant des tâches répétitives. Vos équipes qualifiées perdront moins de temps à préparer des tableaux de bord, qui pourront être réalisés par des intelligences artificielles. Vous gagnerez aussi dans la fiabilité de vos analyses.
  • Prévenir les risques. Vous pourrez anticiper et comprendre les failles dans vos processus. Par exemple, prédire des défauts de paiements, les anomalies dans la production, les fraudes ou encore les futures pannes.
  • Gagner en efficacité : en anticipant plus finement la demande des clients, vous pourrez prévoir votre plan de production, anticiper l’achat des matières premières et dimensionner vos équipes de vente (grands magasins et call center par exemple).

Grâce aux données, le champ des possibles est infini mais vous aurez toujours une certitude : vos décisions seront factuelles, réfléchies et mesurées.

Comment repérer les données utiles ?

Quand on parle de données utiles, ce sont les données créatrices de valeur, au cœur de vos métiers, qui vont vous permettre d’améliorer le fonctionnement de votre entreprise.

On peut les diviser en deux catégories. Pour les entreprises qui ont beaucoup de clients, les données utiles portent sur les interactions avec ses clients, afin de mieux les connaitre, proposer une expérience personnalisée et prédire leurs besoins et leurs achats. Les entreprises BtoB ou industrielles s’intéresseront plutôt aux tâches nombreuses et automatisées, afin d’optimiser leurs processus de production.

Pour savoir si elles sont exploitables, c’est une autre affaire. Vous ne pouvez pas le savoir avant de les utiliser, même si d’expérience certaines données sont plutôt faciles d’utilisation (comptabilité, factures, commandes) et d’autres souvent plus complexes à analyser tant qu’elles ne sont pas utilisées (notamment les données client).

Attention à garder en tête les directives du RGPD (retrouvez notre article sur le sujet), sur les données clients et marketing, pour que votre entreprise soit en conformité.

Comment intégrer les données dans ses prises de décision stratégiques ?

Une approche « Data Driven » se prépare sur plusieurs années. Elle implique en effet des choix technologiques, pour mettre en place une plate-forme Data et un système d’information adaptés. Elle exige aussi des compétences, la formation et le recrutement de spécialistes de la donnée : ingénieurs Data, Data analysts et Data Scientists. Enfin, elle touche à l’organisation même de l’entreprise. Il est nécessaire de sensibiliser et de mobiliser les collaborateurs de l’entreprise dans cette démarche : il est notamment crucial que les managers partagent et mettent à disposition les données essentielles de leur service (pour en savoir plus, retrouvez les résultats de notre enquête sur la maturité Data des entreprises d’Occitanie).

Bien entendu, il est important de garder en tête que les bénéfices à exploiter les données ne doivent pas dépasser le coût de la mise en place d’une telle stratégie.

Le Diagnostic PME Data Driven, qu’est-ce que c’est ?

Le Diagnostic PME Data Driven vous permet d’identifier le potentiel de création de valeur pour votre entreprise de construire votre plan de route Data : vision cible, architecture et trajectoire qui vous permettront de mettre les données au service de votre activité.

En lançant cet accompagnement, nous avons souhaité permettre à toute entreprise de mettre le pied à l’étrier et de déterminer les usages et actions prioritaires à mener pour valoriser les données utiles à son activité.

L’État, au travers de la BPI, cherche à accompagner les démarches d’innovation bénéfiques au renouveau des entreprises françaises, telles que celles proposées par Datasulting. C’est la raison pour laquelle la BPI France vous offre l’opportunité de participer au financement de votre Diagnostic PME Data Driven à hauteur de 50% de la prestation.
Cliquer ici pour en savoir plus !

 

 

background

Les résultats de notre première enquête sur la maturité Data des entreprises d’Occitanie sont disponibles !

Date de la dernière modification : 9 novembre 2020

Les résultats de notre première enquête sur la maturité Data des entreprises d’Occitanie sont disponibles !

 

92% des entreprises pensent pouvoir améliorer leur performance grâce à l’exploitation de leurs données. C’est ce que montre notre première enquête sur la maturité Data des entreprises de la région Occitanie. Menée l’été dernier, grâce à l’implication de plusieurs partenaires du numérique, nous avons obtenu des réponses de la part de 170 entreprises. Nous vous dévoilons ici les grandes tendances autour de l’usage des données en entreprise dans notre région.

 

Des freins, mais des actions prévues pour valoriser ses données

Il y a un réel consensus sur l’intérêt pour les entreprises de valoriser leurs données. Plusieurs freins sont cependant exprimés : le manque de temps, ou le fait que le sujet n’est pas prioritaire dans l’entreprise, le manque de budget, et le manque de compétences en interne. Les répondants craignent devoir engager des investissements financiers et humains importants. Ce qui est encourageant, c’est que plus de la moitié des entreprises ont prévu des actions pour tirer profit de leurs données en 2021, en particulier sur leurs outils et processus.

Les enjeux exprimés : business et pilotage de l’entreprise

Bien que les enjeux varient suivant les secteurs d’activité, les entreprises partagent ces principaux enjeux : des défis business à relever grâce aux données pour acquérir, satisfaire et fidéliser leurs clients, mais aussi un enjeu de pilotage de leurs activités. Elles sont conscientes que les données peuvent leur permettre de mieux maîtriser, mais aussi de mieux prédire, leur performance.

 

Où se situer sur la courbe de l’évolution de la maturité ?

Nous avons pu déterminer plusieurs profils de maturité Data. Plus de 70% des entreprises mettent en œuvre un pilotage classique ou élaboré de l’entreprise grâce aux données. Mais rares sont celles qui utilisent la donnée pour prédire leurs besoins, la demande, leurs résultats et anticiper leur activité : un peu plus de 5% seulement. Découvrez dans cette étude comment se situe votre entreprise sur notre courbe de maturité.

 

Seulement 3% des entreprises ont une organisation performante complétement « Data Driven », pour mettre à profit les données dans leur activité.

 

Réalisez un diagnostic de votre potentiel Data.

Datasulting aide les entreprises à se confronter à ces enjeux et à dépasser leurs freins. Notre offre d’accompagnement comme le diagnostic PME Data Driven permet d’obtenir rapidement un état des lieux sur l’utilisation de vos données, de répondre à vos questions Métier et de révéler tous vos potentiels. La prestation est éligible à un financement à hauteur de 50% de la BPI.

Faites le test d’éligibilité !

 

Une culture Data à renforcer dans les entreprises

La culture Data n’est encore qu’un vernis dans la plupart des entreprises et la formation liée à ces sujets est encore peu présente. Notre étude montre également que le RGPD est encore peu maîtrisé, alors qu’une bonne connaissance peut être un tremplin pour valoriser ses données avec transparence.

Dans près de 60% des cas, les équipes n’ont pas suivi de formations autour des usages et des outils liés aux données.

Excel, un outil « de pilotage » à dépasser

Le logiciel Excel (ou équivalent comme Google Sheets) est utilisé par 81% des répondants. Non seulement il peut être source d’erreurs, mais les équipes sont dépendantes de la personne qui sait correctement le manipuler. Il est nécessaire de mettre en place des outils de pilotage adaptés et ergonomiques pour rendre les acteurs métiers autonomes dans l’exploitation de leurs données. Chez Datasulting, nous impliquons les acteurs métiers dans la mise en œuvre et l’utilisation de solutions décisionnelles, allant de la plus simple (une seule source de données) à la plus élaborée (avec datawarehouse) qui répondent à leurs besoins et nous les formons à leur utilisation pour les rendre autonomes.

51% des entreprises disposent d’un outil de pilotage de leur activité

Le développement d’une gouvernance des données

Choisir un pilote interne pour organiser les actions qui impliquent l’usage des données est essentiel. Dans les petites structures, c’est le directeur général le principal interlocuteur, ce qui montre qu’il s’agit d’un sujet stratégique. Ce sont en deuxième position les directions métiers, DAF et DSI, qui s’emparent du sujet. Il est important que ce ne soit pas seulement les équipes techniques qui soient concernées, mais aussi des représentants des métiers, sensibles aux usages dans l’entreprise.  

45% des entreprises ont choisi un pilote interne pour organiser leurs actions liées aux données

Un besoin d’accompagnement des PME et des ETI

Nombreuses sont les PME et ETI qui ne savent pas à qui s’adresser pour avancer sur ces sujets. Pourtant, de nombreuses structures apportent conseils et financements : la BPI au niveau national, mais aussi Ad’Occ ou Occitanie Data au niveau régional. Le réseau Digital 113 est également un acteur incontournable pour développer sa culture digitale. Notons également les actions de sensibilisation au numérique et d’accompagnement de La Mêlée pour les plus petites structures.

On note que l’usage des données pour mesurer l’impact des actions RSE est aussi un sujet d’intérêt pour les entreprises. C’est un point sur lequel travaille l’association Occitanie Data, et sur lequel va se pencher Digital 113 ou encore Leader Occitanie. Du côté de Datasulting, nous souhaitons nous aussi accompagner une vision durable des projets et mettre nos expertises au profit d’un numérique plus vert et responsable. Cela passe déjà par une réflexion aboutie sur les usages de la donnée et une méthode permettant de les utiliser de manière optimale.

Vers un observatoire pérenne de la maturité Data ! Cette enquête est une première étape vers la création d’un observatoire de la maturité Data des entreprises de notre région, construit avec nos partenaires. Nous souhaitons notamment permettre aux entreprises d’évaluer facilement leur maturité grâce à un outil en ligne. Cet observatoire nous permettra d’aller plus loin dans l’élaboration de nos offres d’accompagnement. N’hésitez pas à vous abonner à notre Newsletter pour être informé(e ) en avant-première des prochaines actions menées sur ce sujet !

background

Musée d’Orsay : comment gérer des flux de millions de visiteurs chaque année ?

Date de la dernière modification : 9 novembre 2020

Musée d’Orsay : comment gérer des flux de millions de visiteurs chaque année ?

A Paris, en 2019, 3,3 millions de personnes sont venues visiter le Musée d’Orsay, et 1 million ont parcouru le Musée de l’Orangerie, qui abrite les Nymphéas de Monet. Réduire l’attente à l’entrée des musées est un enjeu fort pour satisfaire les visiteurs. Guillaume Blanc, directeur des publics de ces deux musées, nous dévoile le travail mené avec Datasulting pour y répondre.

 

Pourquoi avez-vous fait appel à Datasulting ?

Nous avons choisi de travailler avec Datasulting pour mettre en place une vente en ligne de billets horodatés au Musée d’Orsay et au Musée de l’Orangerie. La vente de billets numériques était jusqu’alors externalisée et nous souhaitions reprendre la main dessus. C’était l’occasion de revoir notre gestion des flux de visiteurs à l’entrée des musées. Le temps d’attente est un motif d’insatisfaction : en réponse à cela, l’horodatage permet d’anticiper les pics de fréquentation et d’offrir un meilleur service.

 

Avant la crise sanitaire, les visiteurs pouvaient acheter sur place leurs billets ou les réserver en ligne : on souhaitait leur laisser la possibilité de venir au musée spontanément. Il s’agissait alors d’équilibrer ces différents flux. Par le passé, les billets achetés en ligne étaient valables 6 mois. Les visiteurs venaient tous en même temps et ceux qui avaient réservé patientaient parfois plus que les autres ! Face à cela, notre ambition était d’offrir la garantie de rentrer dans le musée dans la demi-heure.

On a fait face à des problématiques légèrement différentes pour les deux musées. En effet, il y a plusieurs entrées au Musée d’Orsay, et donc différentes files d’attente, avec des catégories de visiteurs distinctes. Au Musée de l’Orangerie, il n’y a qu’une seule et même entrée. Cela impliquait un traitement différent des données.

Quelles ont été les étapes du projet ?

Ce projet a été lancé fin 2019, sur 5 mois. Nous avons tout d’abord fourni à Datasulting les données liées à la fréquentation de nos musées, sur plusieurs années.

Ensuite, une analyse très fine de cet historique a été réalisée. Le flux de visiteurs dépend de nombreux paramètres : les périodes de vacances, les dates de nos expositions, la météo… Les écarts de fréquentation peuvent être très importants ! Datasulting nous a aidé à analyser l’impact de tous ces paramètres. Nous avons retiré les périodes atypiques, comme les grèves, pour avoir une représentation de la fréquentation la plus fidèle à la réalité. Ce projet nous a permis de modéliser sur une année les quotas de billets à mettre en vente sur notre site de billetterie, par mois, par semaine, par jour et par heure : un travail très précis pour limiter les temps d’attente. Aujourd’hui, nos billets sont valables pour un jour et un horaire donnés.

Certains aspects nous ont surpris. Il y a une forte variation des flux selon les jours : on constate des pics le weekend et le mardi, car le musée du Louvre est fermé ce jour-là. En revanche, il y a peu de variations par mois : la saisonnalité n’est pas très marquée, alors qu’on s’attendait à être dépendants du tourisme étranger. On a un public plus international l’été, mais tout au long de l’année, on peut compter sur le public parisien, fidèle et habitué.

Quelles sont les prochaines étapes ?

Le lancement de notre site de billetterie est arrivé en période de crise sanitaire, après le confinement. Depuis le mois de juin, nous proposons uniquement la vente en ligne pour maîtriser complètement les flux et éviter les attroupements devant le musée. On attend donc encore avant d’expérimenter les quotas fixés avec Datasulting.

A terme, la question se pose de l’actualisation de ces données, car les historiques de fréquentation évoluent sans cesse. Il nous serait utile d’avoir un outil pour prédire les flux de visiteurs et mettre à jour en temps réel les quotas de billets mis en ligne.

Qu’avez-vous apprécié dans cette collaboration avec Datasulting ?

Nous avons pu compter sur une équipe de professionnels pour réaliser ce travail statistique de longue haleine, que nous n’aurions pas pu mener seuls. Cela nous a permis de mettre des chiffres sur nos observations de fréquentation. Datasulting a été très à l’écoute de nos besoins et fiable dans les délais de restitution. L’équipe s’est vraiment adaptée aux problématiques des deux musées : j’ai beaucoup apprécié ce professionnalisme. Si l’on revenait à une situation normale, nos sites de vente en ligne sont prêts pour accueillir les visiteurs sans délai d’attente.

 

Site du Musée d’Orsay J’accède au questionnaire d’Auto-diagnostic Flux Clients
background