Retour à la liste
  • RGPD & protection des données

Cybersécurité au sein d’une Entreprise Data-Driven

08 juillet 2022

Cybersécurité

Tout savoir sur la Cybersécurité au sein d’une entreprise Data Driven

Les cyberattaques sont de plus en plus nombreuses et de plus en plus complexes. Malgré ce constat, les chiffres de l’OMDE font état d’un nombre important d’entreprises encore vulnérables à ces menaces. En effet, seuls 22% d’entre elles possédaient en 2021 un système d’information totalement sécurisé contre 36 % qui n’avaient engagé aucune démarche. Maîtriser sa cybersécurité, pour une entreprise data-driven, signifie disposer de solutions souples et efficaces pour limiter et répondre à ces attaques. Voyons plus en détail pourquoi il est si important de renforcer sa posture de cybersécurité.

Au sommaire 

  1. Qu’est-ce qu’une cybersécurité axée sur les données ?
  2. Quelles sont les principales cybermenaces connues à ce jour ?
  3. Quels sont les systèmes d’information qui assurent la cybersécurité ?
  4. Quelles sont les actions à mettre en place ?
  5. Pourquoi confier sa cybersécurité à des experts ?

1. Qu’est-ce qu’une cybersécurité axée sur les données ?

Les entreprises brassent de plus en plus de données. Celles-ci sont généralement stockées dans différents systèmes d’information et sont surtout accessibles sur plusieurs appareils (téléphones, tablettes, ordinateurs portables). Ces différents points de terminaison servent alors de passerelle vers des informations sensibles.

L’évolution de la cybersécurité traditionnelle

Cette transformation numérique a bousculé la cybersécurité traditionnelle. Avec notamment le déploiement du cloud, le périmètre de sécurité est de plus en plus difficile à définir et sa surveillance devient complexe. Cette évolution pousse donc les organisations à réfléchir davantage sur la protection de leurs données et notamment sur la cybersécurité data-driven.

La cybersécurité axée sur les données

L’approche de la cybersécurité par les données est une solution efficace contre les menaces informatiques. Ici, la data a un rôle clé dans les décisions stratégiques et participe à l’élaboration des politiques de cybersécurité. Avec une telle approche, une entreprise est en mesure d’intervenir efficacement et rapidement en cas de menaces. 

2. Quelles sont les principales cybermenaces connues à ce jour ?

Allier sécurité et maîtrise de données est un enjeu toujours plus complexe pour les entreprises. Voilà pourquoi il est crucial de recenser le maximum d’informations au sujet des « tendances » de cyberattaques.

Les cybermenaces selon l’ENISA

L’ENISA, l’agence européenne chargée de la sécurité des réseaux et de l’information, a dévoilé son top 9 des cybermenaces sur la période d’avril 2020 à juillet 2021. Le voici :

  1. Ransomwares,
  2. Malwares,
  3. Cryptojacking,
  4. Menaces liées aux e-mails,
  5. Menaces contre les données,
  6. Menaces contre la disponibilité et l’intégrité,
  7. Désinformation – mésinformation,
  8. Menaces non malveillantes,
  9. Attaques de la chaîne d’approvisionnement.

Ce panorama inquiétant oblige les analystes de cybersécurité à déployer toujours plus de moyens techniques pour contrer l’arrivée régulière de nouvelles menaces.

Les trois principales cybermenaces

Voyons en détail les trois premières menaces et donc les trois plus importantes.

  1. Une attaque ransomware est l’action d’un logiciel malveillant qui empêche les utilisateurs d’accéder à leurs fichiers personnels ou à leur système. Le hacker exige alors une rançon en échange de la restitution de leurs accès.
  2. Un malware est un logiciel malveillant qui est en mesure de voler, de crypter ou de supprimer les données d’une organisation. Il est également capable de pirater les fonctions informatiques principales et d’espionner les activités d’une entreprise sans qu’elle le sache ou sans qu’elle ait donné son autorisation.
  3. Le cryptojacking est une menace naissante qui se cache sur un ordinateur ou sur un smartphone. Son objectif est de miner du bitcoin. Sa particularité est qu’il est conçu pour rester caché aux yeux des utilisateurs.

Stocker sa data dans un centre sécurisé et protégé n’est plus une option pour les organisations. Le système d’information est en effet la pierre angulaire en matière de sécurité.

3. Quels sont les systèmes d’information qui assurent la cybersécurité ?

Il existe quatre systèmes d’information : le cloud hybride, le cloud public, le cloud privé et le on-premise.

Les infrastructures auto hébergées ou On premise

En optant pour cette solution, l’entreprise stocke son système d’information soit dans son propre datacenter soit dans une salle de serveurs spécialement aménagée. L’avantage ici est qu’elle a le plein contrôle sur ses données. En revanche, cette solution est particulièrement coûteuse et nécessite de posséder des compétences pointues.

Le cloud privé

L’entreprise signe un contrat avec un fournisseur de cloud. Celui-ci lui met donc à disposition son infrastructure. Ici, l’entreprise se décharge de la construction de son propre datacenter, tout en obtenant la localisation de ses données. L’inconvénient est que le cloud privé a encore un peu de retard par rapport au cloud public, notamment en termes d’automatisation.

Le cloud public

Parmi les acteurs du cloud public, on retrouve :

  • Amazon Web Services,
  • Microsoft Azure,
  • Google Cloud,
  • Alibaba Cloud.

L’argument principal de cette solution est qu’elle propose un large panel d’offres de service. Le fournisseur met également à disposition des techniques qui viennent à bout des architectures les plus complexes (Infrastructure-as-Code). Concernant la sécurité, les acteurs du cloud privé dépensent chaque année des milliards dans ce domaine et possèdent une large collection de certificats de sécurité.

Le cloud hybride

Cette dernière solution implique que les entreprises tirent parti du meilleur des différents systèmes d’information. Elles peuvent par exemple utiliser :

  • Le on-premise ou le cloud privé pour leurs données métier les plus sensibles,
  • Et le cloud public pour le développement d’applications innovantes.

Leur principal défi ici serait de réussir à faire collaborer les différents systèmes. Une fois cette étape réussie, il convient alors de mettre en place des actions ciblées de protection de données.

4. Quelles sont les actions à mettre en place ?

En introduisant la big data dans ses opérations de sécurité, l’entreprise data-driven est en mesure de réduire considérablement les cyberattaques. Concrètement, cela implique la mise en place de différentes actions.

  • Analyser les menaces et les incidents en observant leurs données sous-jacentes.
  • Anticiper ces menaces grâce à des algorithmes qui mettent en lumière des lacunes en termes de protection des données.
  • Analyser l’architecture de sécurité et les données collectées qui peuvent conduire à l’amélioration de la politique de cybersécurité.
  • Gérer efficacement les incidents informatiques en y incluant des enquêtes sur le système impacté, des analyses des irrégularités de données et celle du comportement du système ou des utilisateurs.

En d’autres termes, l’analyse des données permet aux entreprises d’identifier rapidement le comportement des hackers avant qu’ils n’accèdent à leurs réseaux.

84 % des organisations utilisent la big data pour bloquer les cyberattaques, selon CSO Online. Une entreprise data driven qui maîtrise sa cybersécurité est donc plus encline à réduire le nombre d’intrusions au sein de son système d’information. Lorsque l’on parle de sécurisation de données, il est également question de RGPD. Découvrez tout ce que cela implique pour une entreprise data-driven avec Datasulting.

Rédigé par

Cabinet de conseil spécialisé dans l’analyse, l’exploitation et la valorisation des données depuis près de 10 ans.

1 Place Pierre Mendès France, 34170 Castelnau-le-Lez