Retour à la liste
  • Culture data

Construire sa culture data-driven en 5 points

22 avril 2022

culture data-driven

Une stratégie data-driven ne repose pas que sur des outils technologiques, on le sait et on l’a compris à travers l’article « La culture data, pour une stratégie data-driven efficace et complète » , mais aussi sur des équipes data-driven. C’est pourquoi il est primordial d’embarquer ses collaborateurs grâce à la data literacy, compétence nécessaire à la compréhension et à l’utilisation de la data.

En faisant graviter le quotidien de vos collaborateurs autour des données, ces derniers se les approprient au fur et à mesure. C’est ce que l’on appelle l’acculturation.

Mais comment introduire la culture data-driven au sein de son entreprise ?

Voici un plan d’acculturation en 5 étapes : 

1- Définir vos objectifs d’entreprise et métiers autour de la data

Premièrement, vous devez comprendre pourquoi vous souhaitez doter votre entreprise d’une stratégie data-driven.

Pour atteindre vos objectifs, une première étape est d’identifier les gros projets en cours et les actions à mener basées sur votre analyse des données. Ce sont les objectifs entreprise. Cependant, il faut aussi que les différentes équipes puissent définir leurs objectifs et évaluer la place de la data au sein de leurs propres services. Il s’agit là des objectifs « terrain ».

En effet, à chaque projet et à chaque métier correspondent des besoins spécifiques en matière de données. Un CEO, un data strategist, un marketer ou un commercial n’ont pas les mêmes objectifs, les mêmes attentes et les mêmes aptitudes concernant la data.

La valeur de la data dépend de son usage. Si la plupart des salariés l’utilisent pour prendre des décisions d’ordre opérationnel, la direction, elle, doit pouvoir s’y fier pour prendre des décisions stratégiques. Ces deux aspects sont complémentaires.

À la fin de cette première étape, vous devriez pouvoir répartir vos collaborateurs selon différents profils types d’utilisateurs de données.

Le décloisonnement et la centralisation des données doivent ainsi contribuer à répondre aux attentes de chacun de ces profils afin d’assurer de meilleures performances.

2- Dresser l’état des lieux de votre culture data-driven

Ensuite, vous devez évaluer la place occupée par la culture des données au sein de votre entreprise. Pour cela, il peut être intéressant de commencer par un bilan de vos process et de vos technologies. C’est ce que l’on appelle chez Datasulting, un Diagnostic Data. En parallèle, évaluez le niveau d’utilisation des données de vos collaborateurs. De manière générale, diriez-vous que les équipes métiers prennent leurs décisions à partir de la data ou non ?

En interviewant équipe par équipe, lors de réunions collectives ou d’entretiens individuels, vous pourrez également désigner de potentiels ambassadeurs, des personnes ayant une bonne maîtrise de la data.

Qu’en est-il de la direction ? La tête de votre entreprise est-elle sensibilisée à la data ? Est-elle data-driven ? Les dirigeants doivent pouvoir montrer l’exemple.

L’ensemble de ces questions vous permettront de dresser l’état des lieux de votre entreprise en matière de data avant de prendre les mesures nécessaires.

3- Convaincre votre direction et vos collaborateurs

Si la direction, elle-même, n’est pas data-driven, il est grand temps d’agir. Convaincre la direction de l’entreprise est indispensable pour embarquer tous vos collaborateurs, car elle peut influencer l’attitude de ces derniers. De plus, une direction convaincue peut décider de former ses équipes et de favoriser l’adoption d’outils et de process d’accès aux données.

Pour convaincre ses collaborateurs de l’impact de la data, il faut communiquer de manière transparente, simple et raisonnée à son sujet. C’est pourquoi il peut être nécessaire de dresser une liste d’avantages solides et concrets que la culture data peut apporter à l’entreprise. Ces avantages reposent sur votre état des lieux et vos objectifs métiers.

D’après le rapport The Human Impact of Data Literacy, encore 75 % des employés interrogés n’étaient pas à l’aise avec la data. L’acculturation est un travail de longue haleine dont la communication est la clé.

Transformer une entreprise, son mindset et ses habitudes de travail, n’est jamais simple. Restez donc à l’écoute des craintes de vos collaborateurs et de la direction et désamorcez les doutes pour éviter un rapide désintérêt. N’hésitez pas non plus à démystifier l’usage de la data, souvent perçue comme trop compliquée. Rendez-la concrète.

4- Former vos collaborateurs et fédérer autour d’ambassadeurs data

Toutes les équipes doivent être mobilisées et impliquées dans la transformation data-driven de l’entreprise. Acculturez chaque service aux risques, aux enjeux et aux opportunités des données.

Par exemple, commencez par proposer une sensibilisation aux aspects éthiques et réglementaires, avec des formations sur les RGPD et la data privacy.

L’usage de la donnée constitue pour chacun des collaborateurs un véritable levier dans l’atteinte de ses objectifs. Cependant, pour exploiter la data efficacement, encore faut-il en connaître tous les aspects et rouages. Or, les dashboards ne parlent pas d’eux-mêmes. Pour cela, vous pouvez mettre en place des :

  • ateliers,
  • challenges ludiques,
  • actions de sensibilisation,
  • formations,
  • conférences,
  • REX.

Vous pouvez également rédiger et mettre à disposition des différentes équipes un guide de bonnes pratiques.

En résumé, vous devez développer la compétence de la data literacy à tous les niveaux de l’entreprise. Alternez les formations collectives et individualisées, notamment à base de cas d’usages, afin de répondre aux attentes métiers de chacun.

À force de pratique, vous finirez par convaincre l’ensemble ou du moins la majorité de vos équipes. Rendez vos collaborateurs acteurs de la donnée, ne les laissez pas au rang de spectateurs.

Afin d’organiser et faciliter le processus d’acculturation, vous pouvez les fédérer autour d’ambassadeurs de la data, des managers de proximité identifiés lors de votre état des lieux. Ces derniers doivent devenir des mentors pour le reste de l’équipe et agir comme des relais. Si vous manquez de piliers data, vous pouvez aussi orienter vos prochains recrutements dans ce sens.

5. Evaluer et améliorer en continu son plan d’acculturation

Le monde de la data est en perpétuelle évolution, l’acculturation n’est donc pas un projet figé ou ponctuel, mais un process infini.

Une fois les bases posées, vous devez rester à l’affût des nouveautés et des nouvelles normes. Vous pouvez aussi établir une enquête annuelle pour dresser le bilan d’acculturation à la donnée des différentes équipes. Ce rapport permet de souligner les éventuels freins. 

Construire une culture data-driven solide est une condition sine qua non pour devenir une entreprise 100% data-driven.

Il faut donc posséder des équipes data-driven et impliquer tous les membres de l’entreprise dans ce projet et pas seulement les aficionados.

Or, selon de récentes études, moins d’un quart d’entre elles semble avoir favorisé ce point lors des dernières années. Qu’attendez-vous pour vous démarquer ? Désormais, vous savez tout sur l’importance de la culture data-driven et de sa mise en place.

Rédigé par

Cabinet de conseil spécialisé dans l’analyse, l’exploitation et la valorisation des données depuis près de 10 ans.

1 Place Pierre Mendès France, 34170 Castelnau-le-Lez